Commentaires-Idées-Suggestions

Et pourquoi ne pas commencer avec des fleurs?

21 réponses sur « Commentaires-Idées-Suggestions »

Bonjour, je viens de finir le tome 1 du paradoxe des étaux et j’ai bien aimé. Une seule critique: vous avez un peu trop mis l’accent sur l’injustice de Jean-Martial. On la comprend, mais je ne croit pas que c’était nécessaire de développer autant ce thème. Pour le reste, rien à redire, c’est prenant.

Je viens de lire le paradoxe des étaux-1 et je reste sur une impression plutôt agréable malgré un sujet qui traite de l’ineptie de l’administration, sujet qui a du mal à mettre en joie !
J’ai apprécié cette vue de l’univers carcéral loin de la vison prodiguée par les séries à sensation, un univers plutôt ignoré par nous qui échappons aux délits ou aux erreurs de jugement.
Merci pour cette parenthèse de lecture dan un domaine plutôt inhabituel pour moi.

Bonjour
J’ai été extrêmement déçue par votre livre : « le paradoxe des étaux »
Les bonnes intentions ne suffisent pas pour écrire un livre . Le sujet aurait pu être intéressant , mais tout est très décousu , maladroit , mal écrit , avec même des fautes de syntaxe …et un ton souvent caustique qui devient vite fatigant .
Ensemble terne , creux et ennuyeux .

Bonjour Chère Madame, Je vous remercie beaucoup pour vos remarques très constructives juste avant la parution du troisième tome de la série « 46934 le paradoxe des étaux » dont vous n’avez j’imagine lu que le premier tome. Soyez sûre , chère Madame, du déploiement de tous mes efforts pour réparer votre déception. Quand je pense qu’il aura fallu que plusieurs milliers de personnes lisent mon roman pour avoir enfin une critique constructive d’une personne tout à fait ouverte. Encore tous mes remerciements Clotilde et surtout épargnez-vous de lire les deux autres tomes, ils ne feront certainement que confirmer vos mauvais ressentis. Si jamais vous êtes juge, professionnellement je veux dire, je suis heureux d’avoir parlé de vous dans mon livre.

Chers lecteurs,
Vous aurez je pense l’occasion de lire dans le 3° tome, un extrait relatif à ce genre de personnes très justement nommées « pots de chambre » qui de par leurs égos démesurés et leur étroitesse d’esprit ont causé tant de malheurs sur terre depuis toujours. Vive l’avenir!

43964 … ou mon ressentiment injustifié
Par ces quelques maudits mots, mon ressentiment injustifié quant à tes tribulations all inclusive à MAN, pas l’île j’ai bien compris malgré ma blonditude génétique !
La couverture (pas celle que tu as rendu à ta levée d’écrou …) : éclairage inversé entre les deux tomes ! Au centre pour le III ? Les chiffres … je t’ai déjà livré mes élucubrations …
Etaux, cercles, étreintes … synonymes qui dévoilent ton errance avisée en toi-même.
Les tribulations judiciaires diverses et avariées sont imprégnées d’un réalisme … pragmatique ! Hormis le séjour, j’ai goûté aux arcanes ambigus de ces JPE, JAF, MEMO etc … une croisade en terra incognita plus qu’ardue. Il ne convient pas de blesser les enfants.
Tes équipées conjugales et extra conjugales trahissent ton hédonisme. Un soutien durant ta pause ?
J’ai dévoré ton écriture, percutante et juste, sans emphase abusive. Un talent rare !
In fine, j’entame Julie !

L’écrou s’extirpera-t-il de la pression des étaux ?

Le tome II, Julie (de la Branche), conduisent l’auteur et son héros dans les arcanes post levée d’écrou rien n’est gagné, il n’y a plus rien à perdre !
Dans un style plus lié, les tribulations libérées sèment le doute chez le lecteur quant à sa situation individuelle : « çà pourrait m’arriver ! » de prime abord.
Non ce récit révèle les contradictions intrinsèques d’un personnage si vivant bien qu’ « inventé », l’expérience originale ; me voilà plongée dans la sorcellerie d’une reconstruction, « renaissance », recettes vaines, espoirs amputés, un moral oscillant.
In fine, les correspondances suggérées et publiées laissent planer un indicible parfum d’inachevé !
Vivement le tome III.

Un loup parmi les sots ou le saut chez les loups? Mais pas en Dordogne …*

Dérisoires …
un instantané éphémère d’une crise multiple, apprécié via les médias et réseaux sociaux !
Sympathique l’écriture de destins mêlés, ou pas au service d’un mono-dialogue entre Jean-Martial et Jean-Michel et vice versa. La nymphe aux vies croisées tente de se frayer une voie, voix, incertaine dans le labyrinthe d’idées qui n’engagent que l’auteur. Il l’a écrit, respectons , le peuple appréciera.
Erre-t-il ? Certes le Tom IV nous le révélera … hâte
Le monde déconcentré (pas le lait) d’après ne semble qu’utopisme (tiens omis dans l’accumulation de -isme jalonnant les lignes!) L’auteur s’engage totalement … la féodalité a connu sa fin, n’était-elle pas le summum du système préconisé ? Un revenu universel de base … A mauditer
Il n’est pas dérisoire de lire avec attention les pages de cet ouvrage, simple comme le prince (pas celui de Machiavel) qui a pris le temps, laborieusement avoué, de « clavioter » durant le confinement que l’auteur a manifestement mal supporté ! Démasqué, chacun ses problèmes lorsqu’il convient d’être face à soi.
Au demeurant, j’apprécie ses dédicaces couchées sur les trois volumes …
… et bons moments au bord de la piscine (privée bien sûr) pour savourer sans modération un falshback  que l’actualité met à mal … un roman drôle.
Impatiente de lire des … etc car certaine que l’histoire n’est pas finie !
Félicitations
* L’auteur comprend !

Un grand merci, Frédérique, pour vos commentaires de lectures qui ne font que m’encourager à poursuivre, non pas cette première série, mais à en commencer une nouvelle avec Daphné et sa double naissance.
Bien à vous et au plaisir de le partager.

Bonjour et merci pour votre message 😉

Nous avons offert à notre maman-mamieR votre trilogie dédicacée
Elle a été très touchée et prochainement débutera sa lecture

Bonne continuation à vous
A bientôt
Caroline-Adrien

Reçu par mail

Je vous remercie pour vos messages chaleureux.
Ce courriel me permet de vous renouveler mon soutien dans votre œuvre et votre choix d’expression scripturale.
Dans un temple de la consommation, trouver de la nourriture pour l’esprit et le cœur m’est apparu comme une grâce.
Votre sympathie a fait le reste.
Très heureuse continuation.
Je reviendrai vers vous au cours de ma lecture de vos romans.

Bien cordialement,
Emmanuel

J’ai mis longtemps à ouvrir cette trilogie dédicacée : j’ai pris le temps d’apprécier les dédicaces faites en me demandant ce qu’elles pouvaient révéler des livres, de leur auteur, de ce que j’avais pu inspirer pendant ces courtes minutes masquées par le Covid.

Je suis au milieu de « Julie »…

L’histoire, la façon de la narrer, les différents personnages et autres ressorts propres à cette trilogie peuvent plaire ou non (les goûts et les couleurs…) et je ne m’attarderai là-dessus. Pas avant de connaître la fin de l’histoire, d’avoir fini la trilogie.

En revanche, un travail de relecture aurait vraiment été nécessaire. Des mots qui manquent, des ponctuations et des accents qui disparaissent, des fautes d’orthographe et de grammaire : cela rend la lecture pénible, vraiment. Cela gâche beaucoup les choses.

Je ne suis pas adepte à reprendre tout un chacun en permanence, et je fais un réel effort pour réussir à comprendre tout le monde dans les divers écrits dans la vie de tous les jours et sur le net sans juger personne.

Mais quand on veut gagner sa vie en écrivant, il faut le faire correctement. Et l’éditeur peut lui aussi faire sa part de relecture et de correction avant d’imprimer.

Chère Fanny,

Je vous remercie beaucoup pour vos commentaires de lecture que j’apprécie à juste titre. Je comprends et vous prie de m’en excuser ou plutôt de comprendre que vous eussiez pu être choquée par, je vous cite, « Des mots qui manquent, des ponctuations et des accents qui disparaissent, des fautes d’orthographe et de grammaire » et je déplore « cela rend la lecture pénible » et vous m’en voyez désolé.

Par contre, j’apprécie à j’espère juste valeur et suis aux anges de votre compréhension équilatérale, le niveau de lecture que vous visez.

Auriez-vous l’extrême amabilité de me faire part de celles-ci afin de ne point choquer dans un futur proche, si possible, mes futures lectrices ou humains masculins. Merci de m’en faire part, je vous en serai reconnaissant, j’exècre la médiocrité!

Sur ce et conformément à vos dires, j’espère de tout coeur que vous saurez apprécier, sans juger personne comme vous l’affirmez, le travail d’un écrivain en herbe qui n’a ni besoin ni finalité de gagner sa vie en la matière, la vie, humaine tout au moins, ne procédant ni de matière ni de gain, mais cela est un autre sujet.

Sur ce je vous remercie pour votre apport sur le mien et espère avec plaisir que vous en formulerez, au moins un autre, suite à la lecture du second et du troisième tome.

Jean-Michel

NB: tous les commentaires sont les bienvenus. Comment un roman pourrait-il vivre sans les commentaires de ces lecteurs?

Vous avez aimablement écrit que si l’on vous téléversé un message celui ci sera conservé indéfiniment, je veux bien vous croire mais cependant l’éternité n’est que l’idée que l’on en a d’après le maire de Bouges Mr Lepeltier – si vous avez réellement le moyen de comprendre et de faire ceci, je pense alors que d’autre voudrais aussi en avoir envie comme vous.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.